Retour vers les récits et actions
3 min. de lecture
Si le café devait avoir un lieu de naissance, c’est bien là-bas. Le haut plateau de Boma s’élève brusquement vers la frontière orientale du Soudan du Sud avant de rejoindre l'Éthiopie voisine. Connu sous le nom de « berceau du café », c’est l’un des seuls endroits au monde où le grain pousse à l’état sauvage.

La plante de café est profondément enracinée dans l’histoire de cette région, mais le passé récent et violent du pays a entraîné un arrêt quasi total de la production. L’industrie a été presque entièrement détruite pendant la guerre qui a précédé l’indépendance du pays en 2011.

Avec la naissance de cette nouvelle nation, les graines d’une reprise provisoire ont été semées. Mais en quelques années, les combats ont repris.

Et pourtant, contre toutes attentes, grâce à la détermination de certains agriculteurs sud-soudanais absolument remarquables, le café commence à reprendre vie.

Repartir de zéro

Pendant la période de paix qui a suivi l’indépendance, Nespresso a commencé à travailler au Soudan du Sud pour relancer la production d’un café de grande qualité avec le soutien de l’ONG TechnoServe.

TechnoServe a contribué à la création de partenariats avec les agriculteurs locaux. L’ONG leur a offert l’accès aux outils, à une assistance technique et à des formations pour les aider à développer une culture de grande qualité adaptée aux exigences du marché international.


 

Les premières coopératives de café ont été créées dans la région de Yei au Soudan du Sud et plusieurs concasseurs à mouture humide ont été construits. Ces usines de transformation transforment les fruits récoltés en grains de café prêts à l’exportation. Les concasseurs à mouture humide jouent un rôle clé dans l’amélioration de la qualité du produit final. Ils apportent également des avantages directs aux agriculteurs. « Cela m’a facilité le travail, en tant que femme, surtout au niveau du décorticage. J’utilisais une meule ou un mortier, mais à présent, nous utilisons le concasseur à mouture humide pour la transformation », explique Hellena Atiku, agricultrice de la Coopérative Inutu.

Première récolte

Tout ce travail a rapidement porté ses fruits. « Suluja ti South Sudan » signifie « le début du Soudan du Sud » en dialecte local Kakwa. C’était aussi le nom de la série limitée de café Nespresso issue de la première culture exportée du Soudan du Sud en 2015.

Dans la mesure où le pays est presque totalement tributaire du pétrole pour ses recettes en devises étrangères, beaucoup espèrent que le café pourra devenir le prochain principal produit d’exportation. 

Environ 300 agriculteurs étaient impliqués au départ dans les coopératives de café, contre 730 aujourd’hui. Depuis le début du programme, 1 270 ménages ont assisté à au moins une des formations mises en place pour les aider à acquérir des compétences et connaissances agricoles essentielles.

L’objectif du projet est de former 8 000 agriculteurs d’ici 2020. C’est une tâche énorme étant donné le conflit en cours, mais chacun est profondément déterminé à y parvenir.

Rester à l’écoute

Même si le personnel de TechnoServe ne peut plus travailler au Soudan du Sud en raison du conflit actuel, il soutient encore les agriculteurs. Une diffusion radio hebdomadaire les aide avec des conseils saisonniers et une formation continue.

Produit depuis l’Ouganda, le programme est diffusé dans trois langues différentes sur la célèbre station de radio du Soudan du Sud, Spirit FM.

Il est extrêmement satisfaisant d'aider les caféiculteurs à se professionnaliser, à améliorer leurs revenus et à développer leurs moyens de subsistance. Paul Stewart, Technoserve

« Il était intéressant de s’associer avec les communautés rurales et Nespresso pour commencer le travail de construction d’une industrie du café qui pourrait, à l’avenir, fournir une source durable de revenus à 50 000 familles », explique Paul Stewart, directeur régional Coffee Initiative chez TechnoServe.

« Le Soudan du Sud est extrêmement sous-développé par rapport à ses voisins. Nous sommes donc très heureux d’aider les caféiculteurs à se professionnaliser, à améliorer leurs revenus et à développer leurs moyens de subsistance ».

Construire la paix

Le travail de Nespresso au Soudan du Sud fait partie de la stratégie Positive Cup pour améliorer le bien-être des agriculteurs et favoriser la durabilité dans l’approvisionnement et la consommation du café.

L’ambassadeur de la marque Nespresso, George Clooney, s’est rendu au Soudan du Sud plusieurs fois pour soutenir les efforts visant à mettre fin au conflit dans le pays. Il estime que le café est important pour l’avenir du pays.

 

« Les fermes de café ont d’excellents antécédents en matière de construction de zones de paix dans des zones très volatiles. Nous avons dégusté notre première tasse cet été et le café avait une saveur particulière à l’idée qu’il avait été fabriqué par des personnes ayant œuvré si fort pour la normalité et la paix. »

L’United States Agency for International Development (USAID) a récemment rejoint le partenariat Nespresso/TechnoServe et contribue à l’expansion du projet. Elle aidera dorénavant davantage d’agriculteurs dans les régions où la culture du café débute. Tout comme dans les zones de culture existantes, le café générera les revenus et apportera la sécurité dont ces agriculteurs et leurs familles ont besoin.