Pourquoi un boycott a-t-il été lancé à l’encontre de Nestlé ?

Au cours des années 1970, la baisse du taux d’allaitement maternel a entraîné un certain nombre d’organisations à faire part de leurs préoccupations au sujet des pratiques marketing des producteurs de substitut de lait maternel, parmi lesquels Nestlé, dans les pays en voie de développement.

Résultat ? L’Infant Formula Action Coalition a lancé un boycott de nos produits en 1977 aux États-Unis. Ce boycott fut abandonné en 1984.

Pourquoi le boycott américain a-t-il été abandonné ?

En 1981, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a adopté un ensemble de recommandations pour les États membres en vue de réguler la commercialisation de substituts de lait maternel, de biberons et autres tétines. Cet ensemble de recommandations est connu sous la dénomination de ‘Code OMS (pdf, 128Kb)’. Pour en savoir davantage à propos du Code (en anglais).

De nombreux pays en voie de développement n’ont pas mis en œuvre le Code en intégralité. Dès lors, en 1982, nous sommes devenus le premier producteur à introduire notre propre politique, dérivée du Code OMS, afin de réguler la matière avec laquelle nous commercialisons les substituts de lait maternel dans les pays en voie de développement. Nous avons affiné cette politique en 1984, après avoir consulté les détenteurs d’enjeux parmi lesquels l’OMS, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et des organisations de la société civile.

Cela eut pour effet que le boycott américain à l’encontre de Nestlé fut abandonné.

Nous nous efforçons constamment d’améliorer notre pratique et avons révisé et renforcé plusieurs fois notre politique depuis son adoption, sur la base d’expériences pratiques et des développements des recommandations de l’OMS.

Y a-t-il encore des activités de boycott de nos jours ?

Oui. En 1988, un groupe d’organisations au Royaume-Uni a lancé un nouveau boycott à notre encontre, lequel est toujours en cours, en dépit du fait que nous suivons le Code OMS tel qu’il est mis en œuvre par les gouvernements nationaux partout dans le monde.

Suite à notre inclusion dans l’indice d’investissement responsable FTSE4Good en 2011, les United Reformed Churches ont cessé de soutenir le boycott. Plusieurs autres détenteurs d’enjeux significatifs ont déjà cessé de le soutenir, parmi lesquels le Synode Général de l’Église d’Angleterre, le Royal College of Midwives, et le Comité d’Investissement Éthique Méthodiste. En savoir plus à propos du FTSE4Good.

Des questions ? Contactez-nous

En savoir plus à propos de nos politiques responsables en matière d’alimentation infantile

Que dois-je faire si je veux porter un problème à votre attention ?

Pour toute préoccupation relative à nos pratiques de commercialisation de nos substituts de lait maternel, nous vous encourageons à nous en faire part de façon à ce que nous puissions continuer à nous améliorer.